Journalisme de liens : 1 - Aaaliens, le laboratoire

Publié le par Moktarama


        Depuis quelques mois se sont lancés en France divers projets de groupe concernant le journalisme de liens, chacun ne manquant pas d'ambition et suivant la voie tracée par ceux qui effectuent cette moisson au niveau individuel – je traiterai de ceux qui me semblent les plus intéressants. Il me semble que le moment est venu de faire un bilan provisoire du fonctionnement et des enjeux divers auxquels ils devront sûrement faire face, alors qu'ils ont terminé leur phase de “pré-rodage” et sont maintenant dans des versions bêtas “critiquables” car suffisamment avancées.



Projets collectifs ou individuels de journalisme de liens en France traités dans cette série d'articles



        Vendredi, jeune hebdomadaire papier, se veut un Courrier International d'internet – et non de l'international - , référence en termes de sélection humaine de contenus. Il possède à ce titre un site internet avec une sélection en continu. Ce média se veut “fermé ” , c'est à dire que seuls des journalistes, dont les noms sont connus depuis le lancement du titre, font la sélection au nom de “la rédaction” . Il ne prétend par ailleurs pas faire – contrairement à son modèle - une “synthèse objective du web” , et prône un regard “plus libre, plus indépendant, plus tranchant” [que les médias “classiques” je suppose] sur l'actualité.


        SmallBrother, lui, se voit comme un guide, plus proche en cela d'un vrai “Courrier International des médias”. Par ailleurs, ce média se revendique directement d'une double approche, basée sur l'information – et non “l'actualité” - et la qualité. Il fonctionne sur un mode “semi-ouvert”, avec une rédaction sans identité, et une sélection – qui se veut sévère - de membres journalistes ou apprentis-journalistes, avec un objectif supplémentaire de réseau social, que ce soit pour les “moissonneurs de liens” ou pour les simples lecteurs.


        Les précurseurs au niveau individuel et en tant que support de publication unique, eux, continuent leur bout de chemin, et une présentation d'Embruns, de Les mots ont un sens et de c0wb0yz Lives sera faite, chacun représentant un intérêt certain pour le lecteur.


        Cet article, comme annoncé dans le titre, s'attachera à la critique d'un site fondé par un groupe de journalistes-blogueurs, qui devait s'appeler SmallBrother et se nomme maintenant Aaaliens, nom moins évocateur mais plus original. Lancé il y a quelques mois, celui-ci est maintenant visible dans une version stabilisée et semble avoir trouvé son fonctionnement de routine.


        Si vous désirez une présentation de Aaaliens par l'un des fondateurs, je vous engage à lire cet article du journaliste-blogueur narvic, ainsi que ces précisions plus récentes avec tous les liens nécessaires vers les articles d'autres fondateurs. Je serai, quand à moi, plus critique que descriptif, notamment car ce projet me semble nettement plus intéressant dans le cadre de l'expérimentation du journalisme de liens qu'un SmallBrother - dont l'état actuel me semble « fini » et donc peu susceptible d'évoluer encore dans les grandes largeurs.






Une conception visuelle qui ne se trompe pas d'objectif



        Nous avons affaire ici à la catégorie du meilleur de ce qui se fait en termes de clarté et de simplicité. Le modèle Google fait des émules, et c'est tant mieux ! Un fond lisible, des titres, liens, et contributeurs identifiables en quelques secondes, onglets bien visibles, et accès aux articles sélectionnés en un clic de souris. Un petit bémol : pour l'instant, suivre un lien n'ouvre pas de nouvelle fenêtre de navigation, contrairement à l'usage de ses petits camarades que sont SmallBrother et Vendredi.


Page de Une d'Aaaliens


        Ça me fait définitivement penser à Google, le site semble dire : « Sur Aaaliens, nous sommes des gens sérieux, notre but est de t'aider, pas de te faire t'extasier sur la conception visuelle » , et ce n'est pas plus mal.





Une organisation en méta-agrégateur des sélections individuelles...



        Aaaliens est très clair là-dessus : ce n'est pas une publication au sens classique du terme, avec ligne éditoriale et neutralité affichée. Ce n'est pas son but, car le site est conçu avant tout comme un « méta-agrégateur de liens individuels » , à la manière d'un delicious : le chemin préférentiel va du blog à la page individuelle sur Aaaliens, avec la possibilité ultérieure de consulter directement Aaaliens et ses sections thématiques – ou de s'y abonner. Du même ordre, le site est censé fonctionner sans aucune intervention ou presque de ses concepteurs, nous verrons un peu plus loin en cas cela pose à mon avis de nombreux problèmes.


        Chaque membre propose en effet sa propre sélection de liens, et les sélections sont ensuite rassemblées en Une ou dans les rubriques thématiques, avec une hiérarchisation de l'information par les contributeurs et lecteurs. Jusque-là, vous devez vous demander pourquoi je vous en parle après la description que je viens d'en faire, mais c'est justement un côté passionnant du projet. Pas de réinvention majeure de la technique, mais une innovation basée quasi-exclusivement sur l'usage de cette technique.

Extrait de la liste des contributeurs, bien mise en évidence à la droite de toutes les pages du site



        Son mode de fonctionnement est totalement collégial, avec un droit de veto de la part des membres fondateurs, tous journalistes et qui – je suppute - ne veulent pas se faire dépasser par une croissance brutale où ils se retrouveraient en infériorité...ce qui est fort compréhensible vu le nombre de projets qui s'écroulent par dilution des responsabilités.






...avec des nuances de taille :



La nécessité d'être identifiable


        Cette nécessité se traduit par la contingence suivante : tout contributeur doit publier régulièrement, qu'il soit journaliste ou pas. Une des différences majeures de ce projet par rapport aux autres me semble être cette identité du contributeur bien plus développée. Sauf, bien sûr, pour celui qui reste persuadé que la mention du titre de journaliste soit plus intéressante pour connaître son locuteur que la lecture de dizaines d'articles de celui-ci.


Exemple de sélection d'un lien : le titre mène à l'article original, la source est rappelée avec un lien à la fin du résumé, le sélectionneur est bien identifiable, et présence de tags



        L'identité de chaque contributeur est également bien plus fortement mise en valeur que dans les autres projets critiqués ici, pas de « rédaction » , chacun est différencié clairement, que ce soit au travers des articles promus ou de la liste complète - visible en permanence.




La sélection « ouverte » des contributeurs


        Pourquoi « ouverte » ? Parce qu'il est explicitement précisé que la carte de presse n'est aucunement déterminante dans le cadre d'une adhésion, à l'inverse des deux autres sites. Ce qui ne signifie pas que le nombre des contributeurs soit forcément élevé – par élevé, j'entends plus de cent. La sélection est juste basée sur d'autres critères, dont nous allons parler maintenant.


Extrait de la sélection individuelle de narvic, blogueur et journaliste. On remarquera le récent ajout du (+) en haut de la sélection, qui permet d'aller consulter son blog et donc de se faire une meilleure idée du bonhomme





Une volonté de déontologie appliquée


        Certains des fondateurs d'Aaaliens, et au premier rang desquels l'éternel narvic, se plaisent parfois à clamer l'inanité de la déontologie actuelle et de son usage permanent par la gent journalistique. Mais contrairement à ce que ses joutes avec Aliocha pourraient laisser penser, narvic ne prédit pas plus la mort de l'information et du journalisme que celle de la déontologie. Il prédit leur mort sous la forme actuelle, et loin de lui – enfin j'espère – l'idée que ces concepts, et le quatrième pouvoir avec eux, soient réduits à néant.


        La section « A propos » - qui gagnerait par ailleurs à être plus visible - du site est là pour prouver que ces cassandres de journalistes-blogueurs, s'ils acceptent le tout-venant, n'en croient pas moins fermement en une éthique de l'information. Cette section se résume à cette éthique, même si elle porte le nom de « Charte des contributeurs d'Aaaliens.com » : c'est un mini-code de déontologie appliquée à l'usage d'un média dans sa partie « journalisme de liens » , tout simplement. Voyons cet « A propos » en détails :


Tout d'abord, notons avec intérêt que c'est le seul média à sélection « ouverte » ou « semi-ouverte » dont le fonctionnement et surtout les critères de sélection des contributeurs soient aussi accessibles et détaillés :


  • Les conditions d'acceptation – cooptation, majorité relative, identité établie - et d'exclusion – majorité - sont toutes développées, et font clairement référence aux devoirs de la « Charte ». Une – petite – réserve : la mention finale des « actes ayant pu nuire aux membres du groupe, utilisateurs du site ou éditeurs de sites référencés » comme critère d'exclusion ne me paraît pas forcément judicieuse car trop imprécise.

  • Il est explicitement précisé le caractère d'addition de personnalités d'Aaaliens plus que de multiplication – bien que cet effet soit présent via une hiérarchisation - , car chacun est bien responsable de sa sélection, mots-clés et résumé présents sur le site, et a tout pouvoir pour fournir ou retirer chaque lien. Il est également demandé à tout contributeur de « s'efforcer à » fournir des liens accompagnés d'un commentaire et de mots clés.


Suit ensuite le coeur éthique :


  • A la première demande d'un éditeur, les liens menant à sa production pourront et devront être supprimés.

  • Pas d'auto-promotion, mais possiblité pour les autres contributeurs de vous lier. Cette possibilité devra à tout prix ne pas se transformer en spam, ce qui n'est pas le moindre des défis...regardez les médias participatifs/collaboratifs, ou même les chroniques – Savigneau, ca vous dit quelque chose ? - des grands journaux généralistes si vous en doutez.

  • L'article, et c'est une précision importante car cela exclue les liens vers n'importe quelle page web, que le contributeur va lier devra être lu - !!! - et jugé sur des sujets « d'intérêt intellectuel ou de divertissement ». Je ne suis pas certain que le second mot soit indispensable, il me semble plus probable que ça complique la tâche plus qu'autre chose...car le divertissement a vite fait de prendre le pas sur l'intellectuel, et l'effet de masse agit puissamment en ce sens. Précision utile, histoire que les mal-comprenants ne prétendent pas que la publicité puisse être intéressante du point de vue informatif : pas de publi-rédactionnel.

  • Enfin, et parce que les bons comptes font les bons amis, il est précisé que personne ne doit profiter au plan personnel de l'appartenance à Aaaliens, et que toute exploitation devra se décider au préalable avec l'accord des autres membres. La rétribution – hypothétique - reste dans le même esprit, en fonction de la participation de chacun des membres.




Une faible pondération de la hiérarchisation de l'information par l'utilisateur


        Le fonctionnement de la hiérarchisation des liens est hybride : il prend en compte le fait que plusieurs contributeurs lient un même contenu, et permet également aux lecteurs de noter tel ou tel lien. Cette double pondération me semble avoir un effet nul sur la position physique des liens en ce qui concerne le nombre de sélections comme concernant la note attribuée par les lecteurs...mais les articles sont alors disponibles dans des onglets spéciaux "Nos tops" et "Vos tops" , ce qui me semble être une très sage décision.


Rubrique "Nos Tops" , indiquant les articles identiques sélectionnés par différents "moissonneurs" du site sur une période déterminée




Placé à un noeud, mais en sens unique


        Le fait que les utilisateurs soient dans l'impossibilité de commenter sous les liens, que les espaces individuels de sélection ne puissent être agrémentés d'une description, même succinte, ou que ces mêmes espaces ne permissent pas d'accéder en retour à l'espace de publication rédactionnel du contributeur, entraîne une conséquence très claire : si vous tombez directement – car ils ont paradoxalement autorisé le robot de Google – sur aaaliens.com, cela ne représentera aucun intérêt car les sélections sont faites par des gens dont vous ne pourrez savoir l'identité, pas le nom mais l'essence - si j'ose dire - ; et donc difficilement juger de l'intérêt pour vous de ces sélections. La satisfaction devient frustration si on prend la cascade de liens dans le mauvais sens.


On peut alors le voir de deux manières différentes :


  • Cela peut être une excellente stratégie de croissance saine, permettant de tester la bêta dans des conditions correctes et de corriger tranquillement les problèmes, avant de rentrer dans une logique de média et d'aller titiller Google sur ses terres. Ce qui pourraît être confirmé par le fait qu'un lien vers les supports de publication des contributeurs, certes très discret, vient d'être ajouté.

  • Cela peut également être le symbole des nombreux paradoxes d'Aaaliens dans sa version actuelle.





Aaaliens, le média le plus paradoxal du web



        Je sais, narvic, « Aaaliens n'a pas vocation à être un média de plus » ! Mais alors, pourquoi avez-vous même envisagé de rassembler vos espaces de partage, d'en faire largement la publicité, de constituer une charte restrictive, de sélectionner vos contributeurs, de hiérarchiser - même faiblement - les sélections, ou de demander expressément à chacun de commenter les liens sélectionnés ? Par conséquent, comme Embruns – même sans commentaires - peut être un média ou un pré-média, Aaaliens est un média - certes primitif pour le moment - , que vous vous en défendiez ou non.


        Voilà pourquoi, à mon avis, Aaaliens donne l'impression de ne pas savoir sur quel pied danser : peut-être futur vrai média, mais refusant de l'admettre et donc de se donner les moyens de réussir à changer quelque peu les règles du jeu, il risque de ne pas éclore et de rester un lieu d'initiés sur le thême des nouveaux médias. Un digg-like de plus, en fait, certes bien informé et spécialisé dans les médias, mais pas grand-chose de plus.


        Parce que si vous vous considérez comme un média, alors immédiatement une feuille de route se dégage, et elle passe par Google - comme pour SmallBrother, le cas de Vendredi étant plus particulier - et Wikipedia – contrairement aux autres qui n'ont pas de vraies foules à canaliser. Et l'on sort effectivement du cadre du petit site de sélections de liens par des blogueurs et journalistes qui veulent changer l'information sur internet, pour un site qui a réellement les moyens de le faire.


        Mais c'est plus dur, devient réellement chronophage, et nécessite de faire un peu – beaucoup, en fait - de politique et de police en permanence.





Prendre ce que Google peut apporter, au propre comme au figuré...



        Ne serait-il pas plus intéressant pour le lecteur provenant d'un moteur de recherche ou d'un lien, de voir tout d'abord les Tops, qui, eux, sont la sélection de la méta-sélection, toujours dans un but de réduction du jaillissement permanent de l'information devenue liquide ?


        Pourquoi ne pas autoriser les commentaires selon la volonté du contributeur ? Ainsi, quand un site lié possède une « commentosphère » qui rend la discussion ingérable ou inintéressante, vous redonnez à votre propre « commentosphère » la possibilité de dialoguer sur le sujet.


        Pourquoi cette volontaire impossibilité de décrire les critères de sélection – en plus de la Charte - sur chaque sélection individuelle ? C'est pourtant plus pratique pour le lecteur, prend trois lignes, et n'introduit pas de gêne visuelle. Pourquoi se refuser à permettre au lecteur arrivé par Google d'aller dans l'autre sens, en allant sur les blogs de chacun, quitte à le faire en no-follow – lien configuré de manière à ne pas être “suivi” et donc “crédité” par les moteurs de recherche - pour éviter le spam ? Pourquoi ce refus de fournir les listes intégrales de sources des contributeurs ?


        De même, il semble que pour l'instant, et si l'on est contributeur, il faille toujours tenir en parallèle sa propre sélection commentée, qu'Aaaliens se contente de récupérer, j'espère qu'il est ou qu'il sera possible aux contributeurs de basculer leur sélection sur Aaaliens sans avoir à maintenir un autre flux.


        Bref, pensez et agissez comme Google : tant que c'est discret et que cela ne perturbe pas l'utilisateur débutant, plus est toujours mieux. Ca ne change rien pour vous, et ça peut rendre quelques lecteurs/utilisateurs heureux : c'est tout bénef' . De même, ça permet de jouer une transparence totale, et de désamorcer des accusations de toutes sortes.





...mais aussi ce que Wikipedia peut vous apporter



        Aaaliens, en dehors des problèmes spécifiques au flou de l'objectif, directement dû au fait que les fondateurs tiennent un discours autrement plus ambitieux pour l'information que les objectifs affichés pour ce site ; est en fait déjà à un moment critique de sa toute jeune existence : les effets de foule et le manque de contrôle sont apparents, et sous peine de vite les régler ils prendront fatalement le pas sur le reste.


        Il faut commencer par faire respecter la charte ou exclure, et pourquoi pas la modifier quelque peu pour la préciser sur certains points, parce qu'au bout d'un mois et trente contributeurs environ, on est déjà largement au dessus de la limite acceptable pour qu'un média soit crédible...surtout un média qui s'est donné une charte aussi stricte ! Ainsi, quand je lis « lien vers un article » dans la Charte, je ne m'attends pas à trouver des liens vers des freewares de bidouilleurs plus mis à jour ou des vidéos sans texte. J'attends, bizarrement, un article.


        Que certains contributeurs ne mettent jamais de résumés me semble fortement contraire à l'esprit de redirection, d'aiguillage d'Aaaliens. Nous ne sommes pas des trains, la moindre des choses est de justifier son choix. Ce qui n'est pas indispensable dans un espace de partage personnel le devient sur un espace de groupe.


        Par ailleurs, il ne me semblerait pas inutile d'explicitement dire au lecteur non contributeur qu'il est lui aussi invité à faire des remarques ou à signaler des manquements à la « Charte » . Ne fonctionne qu'avec une réponse et une réaction rapides.


        Je ne suis pas certain que la multiplication de mots-clés – qui sont parfois absents des mises en lien - sans aucune standardisation permette une recherche exhaustive, ce qui pourrait pourtant être un des apports importants d'Aaaliens.


        Du même ordre, la création de balises indiquant si le lien est une analyse, un coup de gueule ou une brève, ou s'il est en anglais/français, et des règles concernant l'usage de [] , qui parsèment les sélections et déshomogénéisent le rassemblement de ces dernières, pourrait être appréciable.


        Quelques redéfinitions, je pense, pourraient faire quelque peu chuter la profusion de liens qui règne déjà et qui me semble nuire à un objectif de sélection fine. On peut aussi instaurer une limite arbitraire de liens, que chaque contributeur pourrait franchir selon les jours, mais qui se verrait toutefois avertir – il pourrait y avoir un compteur – en cas de dépassements manifestes et continuels sur une période plus ou moins longue.


        Certes, les fondateurs innovent en se donnant de vrais moyens pour prendre le meilleur de la si surrévaluée « sagesse des foules » . Mais il semble qu'ils avaient négligés un fait à ce sujet, un fait évident pour les juristes : il faut canaliser en permanence les groupes et adapter les règles, et ça exige beaucoup de travail, je ne parle pas de standardisation et de clarté par hasard. Suivez mon regard et vous tomberez sur Wikipedia, qui a rencontré bien avant tout le monde ces problèmes, et travaille en permanence et de façon efficace à les résoudre - contrairement aux digg-like qui ont quasiment tous abandonné l'idée il y a un bail.


        Leur réaction est la bonne : la police permanente, et des consignes claires, évidentes, standardisées, compréhensibles et sujettes à de réelles sanctions - on pourra au passage remarquer les similitudes avec une éventuelle "déontologie du réel" . C'est à mon avis le chemin à prendre pour un site collaboratif « ouvert » de journalisme de liens, surtout avec un nombre élevé de fondateurs – rapport à la police qu'il faudra y faire. Et c'est combinable, pour encore plus d'efficacité, à une sélection des contributeurs plus que drastique, ce dernier choix étant d'ailleurs celui de SmallBrother malgré sa structure « semi-ouverte » - car limitée aux journalistes et apprentis-journalistes.






Conclusion



        Aaaliens me semble pour le moment être le projet à la plus forte potentialité, en ce sens qu'il peut révolutionner les approches du journaliste et du non-journaliste sur l'intérêt de travailler de concert, notamment lorsque chacun apporte une complémentarité à l'autre. Il peut trouver de vraies recettes pour faire émerger l'intelligence de la « masse », et devenir un des pionniers concernant ce sujet, ou disparaître sous la bêtise de groupe.


        Ce média d'un nouveau genre est donc engagé sur une voie bien étroite, de par son fonctionnement même, et il y a encore beaucoup de pas à faire avant que n'émerge – peut-être - de cet “alien de l'information” quelque chose de stable et de suffisamment pertinent pour le non-initié aux technologies de l'information.







"Trouver l'information sur internet, c'est comme se servir un verre à une bouche d'incendie" - Mitchell Kapor [via FFFFound]


        Plus largement, la naissance des trois sites que sont Vendredi, SmallBrother et Aaaliens est salutaire. Car, en sus de défricher de manière directe une voie prometteuse dans notre ère de surinformation ; elle le fait surtout de manière indirecte en influençant dans le temps Google et ses futurs résultats de recherche – via le fameux PageRank déterminé par le nombre de liens qui mènent à la page web et un systême complexe de “crédit” attribué à chaque site – , et ce de manière bien plus forte que les agrégateurs de contenu classiques – du moins tant que ces trois sites se basent sur la qualité et permettent aux moteurs de recherche de suivre les liens - absence d'attributs "no follow". Ce qui touchera in fine bien plus de gens que les lecteurs de ces sites. Je ne peux que m'en féliciter.

 

 

[aaaliens.com]


Publié dans En France

Commenter cet article

Stéphane 08/01/2009 20:35

Avec plaisir pour les questions.

Stéphane 08/01/2009 13:26

A propos de SmallBROTHER..> la sélection membres n'est pas celle des contributeurs SmallBROTHER, mais de tout utilisateur inscrit sur le site; la qualité n'en est donc pas la même> il me semble qu'une différence forte entre aaaliens et SmallBROTHER tient également au fait que SmallBROTHER intègre la presse généraliste et spécialisée dans ses sources> l'éditorialisation, c'est aussi de mettre en opposition/parallèle des articles dans des dossiers et face-à-face

Moktarama 08/01/2009 19:14


>Merci pour vos précisions à propos de la section "membres" , cela pourrait peut-être gagner à être plus explicite sur le site.

>Cette différence ne me semble pas fondamentale, en ce sens qu'avec un nombre croissant de contributeurs, Aaaliens devrait contenir également des articles de presse écrite. C'est plus une des
caractéristiques ponctuelles d'Aaaliens, rien ne dit que cela n'évoluera pas même à court terme.

>Je suis assez d'accord avec cette vision. Toutefois j'ai beaucoup de remarques à faire concernant d'autres aspects de l'éditorialisation de votre site.

>SmallBrother sera le sujet de mon prochain article concernant le journalisme de liens, je vous enverrai certainement un mail pour avoir des réponses à un certain nombre de questions.


François 05/01/2009 23:20

Pour la petite histoire j'ai croisé Authueil ce soir qui ne conçoit pas son rôle de blogueur comme un rôle de veille ou plus largement de médiation et ne se sert pas de Delicious. pas le bon client pour un projet comme aaaliens.

Moktarama 06/01/2009 11:58


Je m'étais contenté de lancer ces noms-là, histoire de préciser concrètement ce que je voulais dire. Au moins, pour Autheuil, les choses sont claires :-)


narvic 05/01/2009 01:05

Whaou ! Quel débat. :-)J'ajoute quelques grains de sel... Pour ma part, la notion de contraintes, existantes et formulées de manière transparente, mais restant le plus minimum possible, était au coeur de la démarche initiale. C'est ce que cette charte exprime, dans mon esprit (c'est ainsi que je l'ai rédigée et qu'elle a été amendée par les autres, en mode en wiki).La seconde dimension, contrairement à smallbrother ou netreader, c'est que les moissonneurs sont identifiés.La troisième dimension, contrairement à Publish2, qui ressemble le plus, au fond, à aaaliens, à part ce point essentiel : pas de démarcation entre journaliste et non journaliste dans la formation du groupe.On est parti de ce projet assez minimum et le reste se construit petit à petit. C'est une logique d'agrégation "jusqu'au bout"... ;-)C'est forcément compliqué et imparfait, d'autant  que le processus ne peut se tenir qu'en ligne, puisque nous ne pouvons être physiquement présent sur le même lieu, puisque tous géographiquement séparés.Je crois que l'ambition de ce projet est importante, mais, pour ma part en tout cas, je ne suis pas pressé, je ne redoute pas les ajustement en cours de route, les mises au point nécessaires.Tu n'a pas souligné ce point, Moktarama, qui est pourtant dans l'ADN de l'aaalien : c'est une version béta permanente, un projet évolutif et collaboratif, qui est né, qui se corrige et s'améliore du débat.Je ne suis pas inquiet, je vois que le débat a bien lieu, ici par exemple, et il est très riche. A un moment, il faudra en tirer une synthèse d'étape pour ajuster le projet : plusieurs idées, remarques et critiques très intéressantes me semblent mise sur le tapis par ton billet et les commentaires qu'il suscite. Te voilà donc à ton tour embarqué dans l'aventure ;-)

Moktarama 05/01/2009 14:01


Attends, narvic, tu as bien lu mon titre ? Je ne le souligne pas dans le texte, mais en parle dans l'introduction, c'est même une des raisons qui font que j'ai traité d'Aaaliens en premier ! Ce
n'est pas parce que le projet ne correspond pas forcément à mes propres attentes que je ne suis pas intéressé, ainsi comme je le disais, je fréquenterais un digg-like spécialisé dans les médias de
toute manière :-) il y a effectivement pire que de devenir un rezo-like. En tout cas, il me semble qu'il y a deux orientations très claires qui se dessinent, et elles correspondent à des objectifs
totalement différents et peu compatibles. J'irais voir votre wiki en tout cas, mais donnez-lui plus de visibilité, comme pour votre "A propos" , surtout à partir du moment où vous acceptez le
référencement par Google.


Nicolas 04/01/2009 21:45

je suis super attristé si ma réponse t'incite à croire que l'ambition espérée n'était pas au rdv. Décidément on devrait (tous) se méfier de l'aspect formel d'une réponse en commentaire. et de ces conséquences. NB : je ne me sens pas "anar", je t'assure, c'était de la provocation (inutile ;-) et je harcèle même Koz pour qu'il se joigne à nous !J'essayais juste d'apporter quelques réponses à des questions posées, ou en creux, ici. A ce propos, sur l'aspect Digg-like je crois que Narvic la dit mieux que je le dirais. La pertinence est dans le pool de contributeur (journaliste ou non, mais blogueur et usager intensif du net) aussi ou avant tout... J'ai fais un papier sur "pourquoi aaaliens peut être plus pertinent que délicious (et évidement que google)". Justement car il y a un filtre qui n'est pas du pure UGC. C'est la fin de cette utopie qui à mon sens est une chance pour les sites de cette génération. Ce qui compte est bien la qualité de la veille, du résultat produit et partagé. > Je crois qu'on est, là-dessus aussi, totalement d'accord :-)j'espère que ce commentaire ne dira pas ce coup-ci le contraire de ce que j'espère y dire - et hop, un smiley de plus :-p