Etats-Unis : Un raz-de-marée démocrate

Publié le par Moktarama


       
Il est cinq heures du matin en France, vingt-trois heures sur la côte est des Etats-Unis, et les jeux sont faits : Barack Obama est élu président des Etats-Unis avec plus de deux-cent soixante dix voix au collège des grands électeurs devant John McCain. Mais si je parle de raz-de-marée, ce n'est pas uniquement à cause de ça : en effet, les démocrates, en sus de voir élu Barack Obama président, pourraient - et vont probablement obtenir - une majorité absolue au Sénat comme à la Chambre des Représentants, ce qui signifierait que ces derniers pourront passer totalement par dessus l'opposition, et ce dans toutes les institutions démocratiques fédérales hors la Cour Suprême.

        Je vous propose également les résultats complets grâce au site internet de NBC, qui eux seront justes à coup sûr et en tous temps :





        Les démocrates, avec un succès si écrasant, n'auront dès lors aucun parachute en cas d'échec auprès des électeurs, un échec qui risquera d'être ressenti d'autant plus que Barack Obama aura suscité l'espoir et le changement. La phrase qui est sur toutes les lèvres : "On se croirait en 1980, quand Reagan fut élu" . Par ailleurs, sur la chaîne d'information NBC, cela fait déjà une bonne heure que les intervenants parlent des futurs bras de fer qui auront probablement lieu entre Barack Obama et Nancy Pelosi, une fois passée la classique période de rassemblement.


        Si, étant américain, je me réjouirais de la victoire de Barack Obama face à John McCain, avec certes des réserves sur ses réelles volonté et orientation politiques après vingt mois d'hystérie électorale ; je ne peux qu'être extrêmement réservé face à sa communication en matière de politique étrangère :

  • Peu de remises en question quand aux errements financiers et monétaires à propos de la crise actuelle, donc de grosses interrogations sur une éventuelle refondation des règles en la matière, et en particulier sur leur internationalisation.

  • Une volonté affichée de continuer par tous les moyens la "guerre contre le terrorisme" et notamment l'engagement international en Afghanistan - en demandant des efforts militaires supplémentaires des pays déjà présents.




Quelques petites réflexions médiatiques en passant :

  • J'ai regardé CNN et NBC. Il n'y a pas photo à mon avis, CNN est un cran au-dessus, j'ai d'ailleurs fini par ne plus regarder que cette chaîne. Résultats moins agressifs et énoncés de manière plus claire, ainsi qu'une diffusion mieux conçue - notamment grâce à un titre écrit pour chaque "séquence" du direct électoral. D'un point de vue américain, j'aurais peut-être préféré son concurrent qui réservait un coin de l'écran pour annoncer en permanence les résultats dans tout le pays.

  • Les médias télévisuels américains sont clairement nettement en avance sur leurs équivalents français quand à l'attitude à adopter face aux nouveaux médias : ils se jettent dedans, interrogent les blogueurs comme des journalistes, les payent comme correspondants, et parlent en permanence de l'influence des nouveaux médias. Ils recommendent également instamment au téléspectateur de se rendre sur leurs sites internet, sachant que ces derniers apportent un réel supplément d'intérêt concernant l'information car utilisant les possibilités de ce canal de diffusion. On est ici loin de la circonspection et du mépris des médias télévisuels français pour tout ce qui vient d'internet ou s'y produit.




[ Précision utile : Barack Obama ne prendra de toute manière les rênes de l'administration présidentielle qu'à la mi-janvier 2009, ainsi cette élection ouvre une inquiétante vacance du pouvoir exécutif US en pleine crise financière et économique mondiale. ]


[ Je me rends compte que ce billet semble quelque peu rabat-joie pour les non-américains, je préfère faire parler Jules pour exprimer une certaine admiration mieux que je ne le ferais : "Malgré toutes les réserves que l'on peut émettre sur le projet de Barack Obama et l'agacement qui peut naître devant l'unanimisme national, on doit convenir que les États-Unis savent donner des leçons au monde." ]


Publié dans Dans le monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la mouette de 5h30 28/11/2008 15:09

Ton point de vue se défend très cher moktarama, permets moi d'y opposer quelques arguments...
1) On ne parle pas de 4 mois, mais d'à peine 2 et demi.
2) "récupérer les rênes de l'administration Bush risque de ne pas être une partie de plaisir et de prendre un certain temps vu les dégats faits à tous les niveaux par cette dernière." n'es tpas un argument, de quels dégats parle-t-on???? En quoi participeront-ils à la formation d'un déficit de leadership????
3) Barrack dispose d'un crédit sympathie, confiance et amour même de la part du peuple américain plus que suffisant pour remetre tout le monde au travail sans délai, d'autant plus qu'il disposera d'un congrès favorable.
4) La crise financière internationale n'a aucun effet de perte de leadership démontré. Au contraire, partout on voit les économies et leurs acteurs se retourner vers leurs états respectifs pour y chercher du soutien, affirmant plus que jamais les leaderships de ces états, USA inclus, de part la légitimité ainsi conferée à leurs politiques par cette demande massive d'interventionnisme.
5) Pour finir, cher Moktarama, je ne pense pas comme toi qu'un déficit de leadership va survenir, en tout cas pas de l'ampleur alarmante annoncée dans ton article, au demeurant fort interressant _ pour une fois qu'un écrit n'est pas dédié à la béatification d'Obama, ça vallait le coup d''oeuil....
Veuille croire mon très cher Moktarama à l'expression de mes sentiments les meilleurs .

Moktarama 11/12/2008 13:23


1/Je te l'accorde.

2/Les démocrates ont pris le problème très au sérieux, en déployant une armada de conseillers dont le rôle est dévolu à cette fameuse transition, et ce dans les multiples institutions
fédérales.

3/Le problème, c'est qu'en attendant que tout le monde se "mette au travail" , il n'y a personne à la barre, et Bush semble bien décidé à ne pas jouer le jeu d'une transition rapide. Le G20 me
semble avoir été l'exemple parfait du "trou de leadership" dont je parlais, avec un Bush peu impliqué. Résultat, quelques phrases ronflantes, bien loin de la "refonte de la finance" promue par
Sarkozy.

Par ailleurs, cette situation fait les délices des humoristes US, tant la situation est hallucinante : Bush visite des écoles et fait l'engagement de matchs de football et Obama fait des discours
et des conférences de presses solennelles. Pourtant, ce dernier, s'il communique, n'a pour l'instant aucun pouvoir.

4/Je ne peux que te contredire : la Chine a récemment tancé la politique économique des Etats-Unis, ce qui est quasiment du jamais-vu en termes diplomatique entre ces deux pays. Qu'elle se le
permette signifie clairement qu'elle se sent suffisamment forte, entre autres de par son statut de plus gros créditeur des USA, pour à son tour donner des leçons.

Par ailleurs, le monde entier, et la France en premier, se font un plaisir de taper sur les USA depuis deux mois, ce qui me semble tout de même très significatif d'une "perte de leadership" .
Notamment lorsque c'est le modèle de croissance décrit comme US qui est décrié par les opinions publiques et les dirigeants du monde entier.

Sur l'espoir suscité par Obama, un problème apparaît dans la composition de son cabinet : la composition de ce dernier (beaucoup de Clintonians et de patrons de Wall Street) ne me semble pas de bon
augure quand à l'espoir - y compris des américains dont la désillusion est terrible - de réels changements financiers et économiques.

5/Tu as tout à fait le droit de le penser. Il semble pour l'instant que nous ayons tous deux raison et tort :

La vitesse à laquelle les démocrates déploient leur -large - équipe de transition est encourageante et contredit mon habituel pessimisme. D'un autre côté, la crise est en train de s'accélérer aux
Etats-Unis, et le mot "Dépression" est sur toutes les lèvres tant la situation s'aggrave, le mois et demi qui reste va être long, pour l'instant le navire est sur son erre...


Hillblogger 19/11/2008 18:27

Excellent blog. Will be back.

ratte louis 06/11/2008 16:22

  il n y a pas de vaacance du pouvoir moktaramablog, le président en exercice est  W jusqu'au 20/01/09...le système présidentiel américain est conçu et fonctionne pour éviter à tout prix une vacance du pouvoir éxecutif (vice président). de plus le congrès continue de siéger, ainsi que la cour supremùe

Moktarama 06/11/2008 17:53


Bon, je vais développer vu que du monde tique sur ceci :

1/Le systême américain - dans ses délais - est conçu pour une époque ou il fallait plusieurs semaines pour traverser le pays...et donc éviter une vacance du pouvoir exécutif pendant les quatre
premiers mois.

2/Pourquoi la situation actuelle est très particulière, et la période qui s'ouvre une véritable vacance du pouvoir exécutif : à cause de la crise financière, économique et bientôt sociale
internationale.

3/Or, l'équipe Bush est soit : bloquée pour les quatre mois à venir ou réduite aux affaires courantes s'ils veulent faciliter une accession rapide et à "pleine puissance" des démocrates à la
Maison-Blanche, ou réduite à ferrailler contre les démocrates dans les institutions législatives pendant 4 mois. Par ailleurs, personne ne parie un sou sur les capacités politiques de Bush pour les
quatre derniers mois de son mandat.
J'ignore volontairement l'hypothèse improbable mais digne où Bush, soit se retire vite, soit change sa toute fin de mandat pour aller dans la direction que désireront les démocrates. Cela me semble
pourtant être le seul moyen d'éviter un "trou de leadership" dans les prochains mois.

4/Il ne faut pas non plus oublier qu'Obama et son équipe vont avoir des milliers de personnes - toutes soigneusement sélectionnées pour le bon poste - à
nommer dans de nombreuses institutions fédérales.

5/Enfin, récupérer les rênes de l'administration Bush risque de ne pas être une partie de plaisir et de prendre un certain temps vu les dégats faits à tous les niveaux par cette dernière.


Pour conclure, je dirais que si le systême américain fonctionne plutôt bien en situation normale, ici nous avons à faire à une conjonction d'évènements particulière, entre le changement de bord
politique à tous niveaux, une crise internationale, une administration précédente désastreuse...et si la vacance théorique est nulle, la vacance effective est elle bien présente, ce qui pourrait
s'avérer désastrux dans la conjoncture actuelle :

Cet article, ou celui-là, montrent que les américains aussi
s'inquiètent de ce que pourrait ou pas faire Bush durant ses derniers cent jours, et du cruel manque de leadership qui en découle en plein milieu d'une tempête mondiale.


Garcon 05/11/2008 07:46

"On se croirait en 1982, quand Reagan fut élu"mmm en 1980 plutot, non ? Précision utile : Barack Obama ne prendra de toute manière les rênes de l'administration présidentielle qu'à la mi-janvier 2009.Pas vraiment son administration va etre mise en place tres tot, probablement des cette semaine. Avec le Congres de son cote la transition devrait etre rapide. En Janvier il ne s'agit que de la remise des clefs de la maison blanche :)

Moktarama 05/11/2008 14:52


Merci pour la correction, cette faute avait passé la relecture de 5h du mat' :-)


J'espère que les démocrates pourront prendre vite les rênes, et s'il est vrai qu'avoir le Congrès avec soi est un avantage en ce sens, je me dis que de toute manière, va falloir qu'ils prennent un
peu de temps pour mettre les choses à plat vu le bordel mis par la précédente administration.

Et ils risquent de se poser pas mal de questions, notamment sur la gestion calamiteuse ces dernières années d'un budget militaires faramineux.