Qu'est ce qu'une vraie exclusivité journalistique ?

Publié le par Moktarama


       
Depuis quelque temps et dans la plupart des médias, le scoop ou exclusivité n'est plus ce qu'il était. Suite à ce qui me semble une mauvaise compréhension des possibilités que leur ouvre l'internet, ces médias se sont engouffrées dans une stratégie d'audience à court terme caractérisée par les buzz, ou micro-informations à propagation virale.

        Je vous ai déjà dit tout le mal que je pense de cette approche, notamment en termes de qualité d'audience. Mais là n'est pas la question : en fait, on remarque dans le même temps une chute certaine de ce qui était, si l'on peut dire, le "buzz du XXème siècle" , à savoir la bonne vieille exclusivité des familles, permettant par son caractère exclusif et journalistique une reprise large par les confrère du monde médiatique, réseau social par excellence.

        On pourra me rétorquer que ce dont je parle est encore très répandu, mais l'information donnée et inédite ne suffit pas pour en faire un scoop digne de ce nom et assurer une reprise par la quasi-totalité des médias tout en présentant un vrai intérêt "journalistique" pour les auditeurs ou lecteurs. On pourrait même ranger ces articles dans la catégorie des buzz si on était vraiment sévère.

Illustrons tout ça avec deux exemples, ce qu'il ne faut pas faire, et ce qu'il faut faire, tout du moins de mon point de vue :


A Paris, la fête de la fin du bac vire à la bataille rangée - Rue89, 21 juin 2008

        Dans cet article, Rue 89 fournit au lecteur le témoignage écrit et vidéo d'un "lycéen" présent lors de l'intervention des CRS sur le Champ de Mars après le bac. Un petit avertissement nous prévient que le témoignage "n'engage que l'auteur" .

        Pourquoi le publier si c'est pour le faire sans aucun recul ? N'est-ce pas pourtant exactement ce qu'on attendrait d'un média journalistique ? Savoir si ce que dit ce lycéen est crédible, dans quelles circonstances exactes la police est intervenue, ce qu'il se passait sur la globalité du Champ de Mars, une vraie contextualisation plutôt qu'un unique point de vue, et un peu de hauteur de vue en fait. Parce que l'information contenue dans l'article est nouvelle et intéressante, mais comme on ne peut ni évaluer sa crédibilité ni avoir un peu de recul, la valeur réellement informative est au final très faible - voire nulle. Pourquoi alors le publier en tant que rédacteur en chef d'un journal ?



Ingrid Bétancourt : une libération achetée ? - Site internet de la Téléision Suisse Romande, 4 juillet 2008  [Via Les mots ont un sens]

        L'article débute ici par une mise en garde similaire à l'article précédent, avec une diférence majeure. Plutôt "qu'un lycéen", TSR nous informe que cette information potentiellement explosive lui provient d'une source "éprouvée à maintes reprises au cours de ces vingt dernières années" . On pourra convenir qu'ici, il ne paraîtrait pas incongru de publier un "témoignage" ...mais nous ne sommes pas en France. La seule concession qu'on puisse leur faire est d'avoir mis une accroche en parlant directement du montant de la rançon - 20 millions de dollars - avant toute autre information.

        Deux paragraphes sont consacrés aux informations en elle même : qui fut l'intermédaire de cette remise de rançon et a facilité le processus - l'épouse du gardien des otages - , et qui aurait payé ce joli magot - trois agences fédérales américaines - , bref du très lourd et sacrément exclusif compte tenu du poids médiatique totalement disproportionné qu'a pris ce thème.

        Les deux paragraphes suivants sont consacrés à la contextualisation de cette information : tout d'abord, on synthétise la signification textuelle des informations données précédemment, à savoir que "Cette libération, arme au poing et façon opération Ninja, ne serait donc qu'une vaste mascarade" . Le journal explique ensuite que des doutes s'étaient déjà élevés chez les observateurs vu la perfection de l'opération, presque trop belle pour être vraie, mais également l'étrangeté de l'absence d'une quelconque vidéo de cette dernière, tant on sait l'appétit que les états ont pour ce genre de démonstrations de forces militaire et de renseignement - l'histoire du Ponant est là pour le prouver.

        Enfin, les trois paragraphes de conclusion sont ce qui fait en partie le sel cette profession ainsi que son caractère toujours indispensable : l'induction de plusieurs réflexions en faisant des liens entre les évènements, dans l'article et donc chez le lecteur. Petit résumé : cette mascarade sert admirablement Alvaro Uribe, qui tente actuellement de modifier la Constitution colombienne pour tenter de se faire élire pour un troisième mandat, et lui permet également de conforter la réussite de la ligne dure consistant à faire une guerre totale aux FARC - assez affaiblis pour le moment - et à refuser toute négociation tant que tous les otages ne seront pas libérés.

        L'article est bien évidemment contextualisable plus largement par la mise à disposition, dans un onglet qui y est inséré, des différents matériaux disponibles, avec des vidéos, du son et d'autres articles ; ainsi qu'une vidéo directement cliquable sur la même page que l'article. Ca, c'est du rich média bien fait, tel que le décrit Alain Johannès.

        Je vois difficilement, en tant que lecteur exigeant et même chiant - celui qui il y a trente ans envoyait des lettres à son journal toutes les semaines - , ce que j'aurais pu demander de plus. La TSR devrait s'assurer ainsi d'un large coup de publicité "à l'ancienne", et ce grâce à un article à la mise en page très moderne.



PS : concernant l'article de la TSR, j'ai bien conscience qu'une manipulation par la source est toujours possible, toutefois vu les précisions apportées par les journalistes, on peut décemment penser que cette version des faits est la bonne.



PPS : par ailleurs, je tiens à exclure le
Canard Enchaîné de mes péremptoires assertions sur la disparition des scoops "à l'ancienne" , qui peut-être par connaissance de son lectorat et sa non-recherche de l'audience à court terme par absence de la toile, fournit en général des informations réellement inédites, et surtout assez bien traitées journalistiquement - pas comme Bakchich, qui parfois se complaît un peu trop dans le satirique pour oublier de provoquer la réflexion - , même si personne n'est à l'abri d'une approximation ou d'un parti pris un peu trop visible.

Publié dans Dans le monde

Commenter cet article

Garcon 04/07/2008 19:52

Il me semble que mediapart a bel et bien reveler aussi (et cela avant la TSR) des infos inedites tout autant revelatrice et plus developpee sur la liberation de IB :http://www.mediapart.fr/journal/france/040708/liberation-d-ingrid-betancourt-ce-que-ne-dit-pas-la-version-officielle

Moktarama 04/07/2008 20:13


L'article de Mediapart, bien que très intéressant, ne me semble pas être tout à fait similaire à celui de la TSR.

Il est certes bien plus documenté - je le recommande à ceux qui veulent connaître les prémisses de cette affaire - , mais il ne contient pas vraiment de nouvelles informations. C'est plus, à mon
avis, une très bonne - excellente même - revue de presse internationale sur le sujet, certes bien informée puisque contenant des réflexions très pertinentes.

L'article de TSR me semblait quasiment être un "cas d'école" . A partir de l'information exclusive - qui vient confirmer les conclusions de Mediapart - , qui révèle quand même des
détails précis, on explique puis on en tire des conclusions. Chaque chose à sa place, de manière équilibrée.

 Ces conclusions, à savoir que le grand gagnant de la version officielle est clairement Uribe ; sont d'ailleurs à l'opposé de Mediapart qui estime que la popularité colombienne
actuelle du président fait que son mobile serait négligeable.

Pour ma part, cf l'article de Courrier International traduit du webzine du portail d'information Sud-Américain Terra - dont le lien se situe juste avant la citation "Alvaro Uribe"
- , j'inclinerais à être d'accord avec les conclusions des journalistes de la TSR.

PS : Je ne comprends rien à Mediapart. Ce n'est pas censé être payant et réservé aux abonnés ? Et en plus ils ont pensé à mettre un flux RSS, ce qui n'était apparemment pas le cas au
début.