Caricatures de la semaine

Publié le par Moktarama

        Après un mois d'absence, retour de ce petit florilège, qui cette semaine traite du Zimbabwe - encore et toujours - , de la cour suprême américaine qui vient de signifier son avis sur la portée du second amendement de la constitution américaine, de la réconciliation Clinton-Obama, du désastre écologique qui s'annonce en Alaska...avec un peu d'humour pour finir.




Mugabe : Tous ceux qui s'opposent...?


La démocratie au Zimbabwe - Urnes

        Aujourd'hui a lieu le second tour de l'élection présidentielle zimbabwéenne, un second tour où seul Mugabe, président du pays depuis 1980. En effet, l'opposition, qui avait remporté le premier tour malgré d'énormes pressions - déjà - , est chassée par les partisans du Zanu-PF - parti de Mugabe - depuis plusieurs semaines, à tel point que son leader, Morgan Tsvangiraï, s'est retiré de la course et a du se réfugier à l'ambassade des Pays-Bas, tandis que que beaucoup de ses partisans - ceux qui n'ont pas "disparu" du moins - sont réfugiés à l'ambassade d'Afrique du Sud.

        On notera que Nelson Mandela n'est sorti que tout récemment de son silence, et a condamné le leader de manière plutôt elliptique - parlant d'une crise des élites dans le pays - malgré la violence de la répression. On notera également le silence assourdissant de l'ONU, la Chine ayant clairement fait savoir qu'elle poserait son veto à toute résolution condamnant Mugabe. L'Afrique du Sud, elle, refuse également toute intervention armée. En gros, tout le monde, y compris la France, fait de grands moulinets dans le vide, et exprime ses "regrets" ou sa "condamnation", mais personne ne compte bouger son cul pour aider des zimbabwéens qui s'enfoncent toujours plus dans la violence et la misère - l'inflation est actuellement de 100 000 % .

        Par ailleurs, et via le blog Affaires étrangères, cette intéressante affaire à propos de Tsvangiraï et d'une tribune publiée dans le Guardian, puis retirée.





Le second amendement : Une milice bien régulée étant nécessaire à la sécurité d'un Etat libre, le droit des gens à garder et porter des armes ne devra pas être enfreint.
A la main du juge : Bannissement des armes de Washington DC
" Maintenant, de retour pour mettre des raclées aux juges activistes ! "


        En effet, hier et pour la première fois depuis plus d'un siècle, la Cour Suprême américaine a du délibérer à propos du second amendement de la Constitution, qui est brandi par les défenseurs des armes à feu depuis toujours. En effet, il a été porté devant la Cour Suprême le cas de Washington, Etat qui a banni une grande parti des armes, et met de sévères restrictions - comme les garder sous clés, voire démontées - pour celles autorisées. La Cour Suprême a jugé que ces lois étaient contraires à la Constitution américaine, rendant enfin une interprétation claire du second amendement : celui-ci autorise tout citoyen a avoir une ou des armes à feu, avec certes de légères restrictions - pas pour les criminels et malades mentaux, pas dans les écoles et batiments fédéraux.

        Cette décision a mis le feu aux poudres parmi les commentateurs politiques, et notamment chez les partisans d'une forte régulation, qui se voient là déniés le droit d'opérer à des bannissements locaux. La NRA, forcément, est rayonnante.

        Paradoxalement, elle pourrait servir le candidat démocrate Barack Obama, en ce qu'elle clôt - du moins pour l'instant - le débat très sensible sur l'interdiction des armes à feu. Ce débat, en effet, est pointé par certains comme ayant provoqué la défaite de Gore aux élections présidentielles de 2000.
Par ailleurs, on remarquera les dégats faits par huit ans de présidence Bush sur la Cour Suprême - du point de vue européen - , en ayant nommé des juges ultra-conservateurs. Car là réside le plus grand pouvoir de la présidence américaine, la Cour Suprême étant l'instance ultime du droit américain.



Hillary à Bill : " Maintenant, va embrasser ce sympathique sénateur Obama... "


        Obama vient en effet de faire sa première soirée de soutien en compagnie d'Hillary Clinton, commençant par la ville d'Unity, où les primaires les ont donnés à une parfaite égalité. Beaucoup ont remarqué l'absence totale de Bill Clinton...on comprend mieux pourquoi si on se rappelle que celui-ci a été chargé par l'équipe de campagne Clinton des pires et plus nauséabondes attaques contre le candidat démocrate, et notamment accusé d'avoir amené le racisme sur le terrain lors des primaires démocrates.





Quand les hommes du pétrole dominent le monde :
G.W. Bush : " Champs pétrolifères irakiens...c'est fait ! Prix record du pétrole...c'est fait ! "
Dick Cheney : "Ouvrir l'arctique et permettre le forage offshore...c'est fait ! ...notre travail ici est presque fini ! "


        Pas vraiment de commentaires à faire...par arctique, l'auteur veut évoquer l'Alaska et ses formidables réserves protégées, que le gouvernement Bush vient d'abandonner pour permettre l'exploitation des champs pétrolifères situés au-dessous. Cette polémique pourrait d'ailleurs jouer un rôle dans la campagne électorale, Obama y étant opposé, du moins pour l'instant...les américains sont décidément violemment accros au pétrole, et à cause du prix du baril, les émotions prennent le pas sur la conservation de la nature.




Et pour finir, un peu d'humour :


Les faits que la science n'avait pas besoin de nous dire : une étude publiée dans The journal of consumer research a trouvé que les processus cognitifs de l'homme sont détériorés par la vue d'une femme en bikini.
Ou, pour illustrer ces conclusions :
 "Alors les gars, que faites vous quand vous n'êtes pas à la plage ? "
" Euhh....m-moi neurochirurgien. "
" M-moi spécialiste des fusées ! "


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article