Grève illimitée des éboueurs à Paris

Publié le par Moktarama


       
Paris, plus belle ville du monde - avec Rome, ne soyons pas chiches - risque de ne plus l'être pendant quelque temps. En effet, tous les syndicats - CGT-FO-CFTC-UNSA - se sont mis d'accord pour déclencher une grêve illimitée contre la privatisation du ramassage des ordures dans quatre arrondissements supplémentaires de la capitale, les IIIème, IXème, XVIème et XIXème arrondissements plus précisément, et ce pour une application en juillet 2009. En effet, François Dagnaud, premier adjoint - PS - à la propreté, veut porter le sujet au prochain Conseil de Paris, les 7 et 9 juillet prochains.

        En effet, depuis 1990 - sous Chirac - , la collecte des ordures est publique dans neuf arrondissements - V, VI, VII, IX, XII, XIV, XVI, XVII, XX - ; privée dans huit - I, IV, VII, X, XI, XIII, XV, XVIII - ; et mixte - les éboueurs sont fonctionnaires, les chauffeurs et autres sont salariés du privé - dans les II, III et XIXème aroondissements.

        J'aimerais comprendre quelque chose à la logique de Delanoë. En effet, s'il est bien un service qui doit être public, car indispensable, c'est le ramassage des ordures. De plus, il me semble également indispensable de garantir de bonnes conditions de travail et de rémunération à ces employés qui ramassent nos déchets, ce que le public fait toujours mieux que le privé. Et je ne vois pas en quoi la privatisation de ce service amènera, comme il le prétend, une meilleure propreté vu que les entreprises privées pratiquent, comme les éboueurs de Marseille, le fini-parti - quand le ramassage est fait, on peut partir, ce qui induit une précipitation et surtout un manque d'application assez incompatibles avec le ramassage des ordures ménagères.

        Que les futurs éboueurs - les actuels seront réaffectés - se rassurent, ils ne seront certes plus fonctionnaires, mais pourront apprécier leurs nouvelles tenues en coton équitable...

Naples après deux semaines de grêve des éboueurs...

        Sur un plan purement sanitaire, il est fortement à espérer que notre cher maire arrivera à trouver un accord au plus vite - faire machine arrière serait, je pense, assez raisonnable au vu des risques - , car entre la production journalière d'ordures par les parisiens et la température élevée, notre belle ville risque de se transformer assez vite en une fournaise puante et malsaine - les germes de toutes sortes vont s'en donner à coeur-joie - , sans même parler des rats qui, n'en doutons pas, se jetteront à l'assaut de cette manne.

        En gros, si vous pouvez partir, faites-le, si vous êtes touriste, désolé, si vous êtes parisien et bloqué comme moi, espérons que ça ne durera pas trop longtemps, parce que je ne sais pas vous, mais moi, les images de Naples envahie par les ordures ne me font pas plus envie que cela.



PS : par ailleurs, faut vraiment ne pas être très futé pour engager ce genre de débats en plein mois de juin, Delanoë montre ici qu'il manque parfois cruellement de vision...c'est à mettre en rapport avec les vélibs privés et le systême d'exploitation propriétaire de JC Decaud, interdisant tout élargissement aux communes limitrophes.

Publié dans En France

Commenter cet article