Des blogs politiques et du militantisme...

Publié le par Moktarama


            ...ou comment la blogosphère politique adore mettre les gens dans des petites cases. En effet, si je porte un intérêt tout particulier aux blogs politiques, je tique régulièrement devant les affres du militantisme dans lesquels tombent les auteurs.


        Je me demande d'ailleurs si c'est le militantisme proprement dit qui est à blâmer, ou la logique de parti, qui voudrait avoir de riches débats internes et aucun débat externe. De même, par ailleurs, que le mur très théorique – et pourtant férocement revendiqué de part et d'autre - séparant la gauche de la droite.


        Et de toute manière, comment peut-on encore, pour ce qui est des partis de gouvernement, se proclamer à toute force « de droite » ou « de gauche » ? Quand Jospin vend le patrimoine de l'Etat avec la même ferveur que les gouvernements suivants, est-ce de droite ou de gauche ? Quand Fabius négocie la niche fiscale des antiquités pour son papa, est-ce de gauche ou de droite ? Quand Chirac fonde le premier musée à rayonnement international consacré tout entier aux arts premiers, est-ce de gauche ou de droite ? Quand les gouvernements cèdent tous systématiquement aux revendications des pêcheurs ou des routiers, est-ce de gauche ou de droite ? Quand on crée une niche fiscale permettant de déduire de ses impôts les travaux faits sur des propriétés classées au patrimoine, est-ce de gauche ou de droite ? Quand le gouvernement Jospin n'a pas fait pression en 2001 à propos des J.O. De Pékin, et que le gouvernement Fillon fait de même en 2008, est-ce de gauche ou de droite ?


        Personnellement, je vois la gauche comme ce qui est à gauche des socialistes et la droite comme tout le reste, si on veut vraiment chercher la petite bête. En effet, et pour ceux qui sont passés par le pouvoir, que ce soient le PS ou l'UMP, les résultats de leurs politiques nationales – je refuse en effet les grands mots et préfère juger de ce qui est vraiment fait – ne furent en rien de progresser vers une disparition de la pauvreté en France - ce me semble un objectif de gauche, que tout le monde puisse vivre dignement, n'en déplaise à Tony Blair - ou une amélioration du code du travail vers plus de clarté, de simplicité et de protection des deux parties. Pas plus que n'ont été augmentés les chiffres dérisoires et ridicules du nombre des divers inspecteurs – travail, FISC, hygiène, etc... - chargés d'éviter les abus.


        Pour ce qui est du MoDem, François Bayrou est en train de lui faire tourner la tête – se présenter à Pau notamment alors qu'on connaît son opposition au cumul des mandats - , et la stratégie des socialistes et de Sarkozy est tellement en passe de réussir que je lui laisse le bénéfice du doute vu la pertinence de ses programmes de 2007 – auxquels j'ai adhéré très tôt – et les innombrables traîtrises dont il fut l'objet. Ceux qui sont encore là ne peuvent être mauvais, tellement d'ambitieux étant déjà partis, il ne reste plus à Bayrou que de redescendre un peu de son piédestal pour écouter ses militants. Et à se faire élire vu que je préfère juger sur pièce.


        Le résultat de tout ça ? C'est que beaucoup de blogueurs politiques et militants dans un parti tiennent des discours parfois légèrement incohérents – ah, la soupe interne des partis, gage de décisions sans langue de bois - , mais le plus souvent sont touchés par la maladie des petites cases. Qu'est-ce donc que cette étrange affliction ? Et bien, elle consiste en la volonté permanente de classifier de manière simpliste ses interlocuteurs, permettant ainsi des réponses adaptées allant du respect ou de la contradiction polie à la moquerie pure et simple si la petite case semble suffisamment éloignée de celle dans laquelle se place le locuteur.


        Exemple variés : Si je suis protectionniste, je ne suis pas libéral donc on ne peut parler avec moi, si je suis contre le PS tel qu'il est aujourd'hui, c'est que je vote UMP, si je pense fermement que la vision de l'Europe des régions vue par l'UE est néfaste pour la cohésion européenne, je suis un extrémiste – de gauche ou de droite - , bref on examine l'homme ou son parti avant ses arguments, et si il est suffisamment loin du spectre politique alors on peut même se permettre d'ignorer ses arguments sous prétexte que « vous comprenez, c'est un marxiste » ou « attendez, je ne réponds pas à un facho pareil » . Ainsi, un Dupont-Aignan, souverainiste, dit beaucoup de choses très intéressantes, tout comme Besancenot par ailleurs, mais tous ceux qui ne sont pas dans leurs quelques % de militants vont expliquer que de toute manière, « ces gens-là patati patata »...et alors, on s'en branle, même Le Pen pointe parfois – il est vrai que c'est dans un océan de merde - des vérités, tout ce qui sort de sa bouche n'est pas à rejeter par définition ! Ce qui ne prive pas de regarder ce qu'on reprend, hein, quand Sarkozy et Royal vont jouer du drapeau et de la Marseillaise en plein anniversaire de l'UE durant les présidentielles, c'est de la connerie. Par contre, le protectionnisme à certaines doses était une idée valable, qui revient d'ailleurs en ce moment, l'européen commençant enfin à réaliser que les USA et le Japon pratiquent depuis des dizaines d'années une mondialisation de facade mais un féroce protectionnisme dans de nombreux domaines.


        Ca marche aussi pour les journaux, hein, quand on voit le nombre de gens qui choisissent leur journal en fonction de ses affinités politiques, et le nombre de journalistes qui écrivent en partie pour faire plaisir à ces lecteurs, donc ayant tendance à modeler leur information, et tant pis si ça déborde un peu des petites cases, on va faire rentrer ça au marteau ! Et crachons tous avec un bel ensemble sur les purs players du web et le Canard Enchaîné, qui eux non plus ne rentrent pas dans les cases existantes dans l'imaginaire de ces messieurs. Mais reprenons-les quand même de temps en temps, histoire que ça ne se voie pas trop qu'on ne communique que 5% - et je suis gentil - des scoops qu'ils déterrent.


        Cette maladie, qui semble toucher les militants, les hommes politiques et une grande partie des journalistes, pourrit les débats depuis...longtemps, bien avant ma naissance en tout cas. Elle empêche systématiquement de voir se dégager des consensus, et il faut de réels séismes pour que la logique de partis se grippe, comme pour la peine de mort ou le PACS.


        Donc voilà, au final je n'ai pas dit grand-chose, disons que j'enjoins - avec toute la modestie possible -  les blogueurs politiques – les journalistes me semblent perdus depuis longtemps pour la plupart - à parfois essayer de ne pas se fier à l'auteur d'une idée, mais à l'idée elle-même, à ne pas répondre sur des critères sémantiques ou encyclopédiques est-ce de gauche, de droite, dois-je ou non approuver mais à tout simplement voir ce qu'implique cette idée, si celle-ci sera bonne pour la France et les français – bien sûr en fonction de ses idéaux politiques – et à voter ou écrire en leur âme et conscience. Tout en ayant le devoir pour ce qui est des hommes politiques, bien sûr, de ne pas non plus assassiner son propre parti en déclamant à qui mieux mieux ses intentions de vote pour se faire bien voir - et non pas dans l'intérêt public comme pour les semences OGM. Parce que pour ce qui est des blogueurs, je ne vois vraiment pas en quoi parler de ses différents éventuels avec d'autres militants ou citoyens, tant qu'on ne tombe pas dans de bêtes querelles de personnes. Tant que ces différents ne sont pas trop forts, c'est bon pour la vie du parti. Surtout quand celui-ci n'a pas de leadership à fortiori, je comprends donc assez bien la tentative des blogs socialistes, que je soutiens malgré son côté forcément assez Bisounours. Voyons comment ça se passe, en effet éviter la basse-fosse des querelles de personnes sera certainement bénéfique pour ce qui est d'avoir un vrai programme cohérent, par contre si ils veulent dégager un chef va falloir examiner les bilans objectivement et voir ceux qui seront en adéquation avec le nouveau programme.


        Et arrêtez de brandir la gauche ou la droite – certes moins à la mode en ce moment – comme bouclier permanent, ça vous décrédibilise sur certaines positions qui deviennent intenables et lasse les lecteurs non partisans, parce que retrouver systématiquement les mots-clés du parti dans les écrits des militants c'est légèrement fatiguant, on sait que la LCR est anticapitaliste et pour la lutte des classes, que le PS se veut progressiste et de gauche, ou que l'UMP est le parti du progrès, de la réforme et du dynamisme. Par contre, étonnamment, on ne sait pas vraiment ce qu'est le MoDem, qui souffre d'un cruel manque de médiatisation.


        Allez, de toute manière je continuerais à tous vous lire, ne serait-ce que pour me faire une idée de ce qui se pense dans les partis, je vous aurait au moins dit ce que j'avais sur le coeur, je le trainais dans mes commentaires, j'aurais fini par en faire un billet. Enlevez les oeillères que vous vous êtes volontairement mis, et ne rejetez pas d'emblée des solutions ou des personnes parce qu'elles ne rentrent pas dans les bonnes cases, ou ce que vous pensez être les bonnes cases du moins. Ca fonctionne d'ailleurs pour tout le monde, au final. Et pour tous les préjugés, pas uniquement ceux politiques, qui sont quasiment ataviques.

 

 

 

PS : ainsi, comme charité bien ordonnée commence par soi-même, je me plierais dans quelques mois à la lecture des premiers lots de propositions provenant de la fondation Terra Nova, histoire de juger sur les idées et de ne pas m'être contenté d'avoir fait la prévision que rien de neuf n'en sortira.

Publié dans En France

Commenter cet article