Les chiens aboient, la caravane passe : Du PS et de la loi OGM

Publié le par Moktarama


        Vous ne pourrez pas y échapper aujourd'hui, la loi OGM n'est pas passée en seconde lecture à l'Assemblée Nationale, les députés UMP ayant visiblement choisi de voter avec leurs pieds en s'abstenant de venir en nombre suffisant. Cela s'est soldé par l'approbation de la question préalable – qui fait qu'on ne passe même pas au vote des amendements et autres – par 136 voix contre 135 sur 273 votants. Pour les détails des procédures de vote et du déroulement précis du parcours de cette loi, je vous invite à consulter ce billet de maître Eolas.


        Ce qui me marque dans le traitement médiatique et politique de ce couac le mot est à la mode - , c'est surtout la joie immodérée des députés de l'opposition, on dirait qu'ils ont changé la face de la terre ! Oh, les amis, je vous rappelle que la loi va passer sous peu quand même, la Commission Paritaire Mixte - 7 députés et 7 sénateurs - a déjà été annoncée par Jean-François Copé, elle va représenter la loi sous peu, et sans aucun doute passer cette fois-ci.


        Certes, c'est une belle victoire au plan politique pour l'opposition, maintenant j'estime que vu la taille de l'enjeu il est assez dommage que la question politique prenne le pas sur la question de res publica : on parle du PS qui applaudit, de l'UMP qui perd, de l'avenir de Copé, de la colère de Sarkozy, de tout ce qui fait le sel du journalisme politique parisien et ça fait autant de temps en moins pour parler des semences OGM et des innombrables problèmes qu'elles posent.


        Maintenant, si Copé ne se fera probablement pas virer à la veille du passage de lois importantes pour Sarkozy dans le but de ne pas affronter un groupe UMP en guerre des chefs, il n'en reste pas moins que cet ambitieux se voit là couper les jambes, et va devoir remettre ces dents qui rayent le parquet au placard pour un moment. Surtout après avoir expliqué cette semaine que le cumul des mandats pour un politique, c'est comme un journaliste qui travaille à RTL et Canal +, puisque Apathie ou Ferrari le font, pourquoi lui ne serait pas – retenez votre souffle – maire de Meaux, président de la communauté d'agglomérations du Pays de Meaux, président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale, député de la 6e circonscription de Seine-et-Marne, et enfin avocat au Barreau de Paris. Apathie a par ailleurs fort bien répondu, et Ferrari ne s'est pas non plus trop mal comportée. C'est pas encore le journalisme total, mais y a déjà un net progrès sur Pujadas, PPDA et Chazal.


        Bon, revenons à nos moutons, je ne voudrais pas tomber dans les travers que je désigne, alors je vais me fendre de rappeler tous les problèmes liés à la culture en plein champ des semences OGM. Par ailleurs, je recommande toujours le blog de Marie-Monique Robin, auteur du documentaire et du livre Le monde selon Monsanto.


        Tout d'abord, un des plus gros problèmes est la dissémination et la contamination des cultures de la même espèce, par exemple au Canada le colza génétiquement modifié a fini par remplacer toutes les autres variétés de colza, c'est notamment ce qui a motivé ce pays à refuser depuis toute introduction d'autres espèces OGM.


        Mais on peut aussi parler des rendements qui sont plus faibles qu'avec les meilleures graines hybrides, celles-ci évoluant chaque année et étant le plus souvent bien mieux spécialisées pour certains territoires.


        Ou encore de la pulvérisation accrue d'insecticides pour le mais MON 831 résistant au Round Up, entrainant une contamination des sols, des populations locales et des nappes phréatiques, ainsi que de l'impossibilité à cause de cette contamination de repasser à court terme à des semences non résistantes à ce puissant herbicide et cancérigène.


        Ou encore des allergies provoquées par le mais produisant un insecticide, le MON 810 qui produit de grandes quantités de celui-ci, entraînant en 10 ans une résistance fortement accrue des insectes, obligeant les possesseurs de plants normaux à augmenter leurs doses d'insecticides et rendant inopérante cette défense à moyen terme.


        Ou encore de la présence au Mexique, pays naturel du maïs avec des centaines de variétés locales qui poussent avec un bon rendement dans des conditions particulières et sans insecticide, de maïs génétiquement modifié Monsanto qui se propage à grande vitesse depuis les Etats-Unis et risque un jour de faire disparaitre ce formidable réservoir de biodiversité du maïs qu'est le Mexique, et ce sera nettement plus grave qu'avec le colza canadien cette fois-ci.


        Enfin bref, pour l'instant le bénéfice des semences OGM est très loin d'être évident, il faut sans hésiter renvoyer les chercheurs à leurs paillasses et les semences OGM dans des serres tant que ces semences n'apportent aucun bénéfice aux agriculteurs et sont une source potentielle de désastre pour notre agriculture.



Mes deux précédents billets sur le sujet :

Publié dans En France

Commenter cet article