De l'amnésie citoyenne : le cas Balkany

Publié le par Moktarama


       Il est de ces personnages politiques en France qui nous rappellent perpétuellemenent les origines et nordiques et latines de notre beau pays ; en ce que tout le monde les réprouve publiquement et dénonce leurs abus manifestes - pour le côté nordique - , mais dont la longévité de la carrière d'élu n'en souffre absolument pas car étant systématiquement reconduits dans leurs fonctions par le peuple souverain - voilà pour le côté latin.

       Patrick et Isabelle Balkany sont de ces personnages, ils en sont même la parfaite caricature tellement leurs turpitudes sont nombreuses, connues - les condamnations en justice n'étant que la partie émergée de l'iceberg -  et étalées dans le temps. Et malgré tout, ils sont élus et réélus depuis plusieurs dizaines d'années - du moins tant que la justice ne les rend pas inéligible - , se reposant sur un systême clientéliste éprouvé en France. Je vous propose une petite synthèse du couple le plus sulfureux de la Vè République, dont les noms sont ressortis tout récemment, pour le mariage de leur fille à la mairie - privatisée pour l'occasion - de Levallois, mariage sur lequel je reviendrais par ailleurs en détails à la fin de ce billet.

       Commençons par une petite biographie - que j'essaierai de faire objective,
pas comme celle-là - : Patrick, né en 1948 à Neuilly-sur-Seine, fait l'acteur dans sa jeunesse - voici sa fiche IMDB - , puis récupère le business de fringues de papa. En 1975 il rencontre Isabelle, qui deviendra très vite sa femme et son double politique, je parlerais donc de Patrick essentiellement, sa femme étant son ombre. En 1976 il est un des membres fondateurs du RPR, puis perd de justesse - malgré son parachutage à Auxerre - aux législatives de 1978.

       Il est alors récupéré par Pasqua - mentor de tant de nos politiques les plus recommandables - qui lui propose de prendre Levallois à la gauche, ce qu'il fait avec une certaine maestria, élu au premier tour en 1983 à la mairie après avoir gagné les législatives de 1981 et les cantonales de 1982, un beau grand chelem qu'il offre à la droite et à
sa mafia naissante dans le 92. Malheureusement pour lui, en 1995 Chirac est élu et sa vengeance sera redoutable, vu que Balkany - comme son pote Sarkozy - a soutenu Balladur. Il perd en effet immédiatement sa mairie de Levallois en 1995 au profit d'un chiraquien pur jus.

       Et là, c'est la traversée du désert : en 1996, un  premier procès lui "tombe" dessus - fortement lié à la perte de la mairie - , en effet il est alors établi que les Balkany employaient aux frais de la mairie depuis 10 ans trois personnes pour se charger de l'entretien de leurs résidences personnelles, Patrick se prend une peine d'inéligibilité qui l'empêche de conserver le mandat de député en 1997, et tout démuni de ses pouvoirs décide alors de s'exiler à St-Martin - officiellement pour
"chercher la paix et se faire oublier" - pour échapper aux investigations sur les HLM de la Mairie de Paris qui se rapprochent d'un peu trop près.

       Le retour triomphal : il revient en 2001, réactive ses réseaux à Levallois, reprend la main et se fait élire sans problèmes - malgré une triangulaire. Sauf que le monsieur n'est toujours pas éligible, et l'élection est donc annulée, puis refaite en 2002 et là, il se fait triomphalement élire au premier tour ! Rebelote en 2008 avec à nouveau une élection au premier tour, certes avec un peu moins d'écart, mais quand même...
Pour ce qui est des législatives, il se refait élire en 2002 et 2008 sans trop de problèmes.

       Mais Balkany, c'est avant tout un personnage haut en couleurs, une réplique de
Tibéri - et  de Xavière pour Isabelle - dans le Vème arrondissement de Paris, avec un nombre de procès et d'obstructions à la justice absolument invraisemblables, un usage personnel permanent des ressources publiques - il s'est notamment fait effacer gracieusement par sa propre majorité en 2007 le reste de la dette qu'il devait à la municipalité pour ses malversations jugées en 1996 - , mais aussi une connaissance en profondeur de son terrain électoral, et l'usage du clientélisme le plus pur pour fidéliser le citoyen. Ainsi, malgré les procès des années 90, y compris une plainte déposée puis retirée par une maîtresse - Balkany,lui, parle d'une banale histoire de couple, et de son port d'arme - pour "fellation forcée sous la menace d'un 357 magnum" , les pratiques - sans compter les procédures judiciaires - des années 2000 qui font de Levallois la ville la plus endettée de France, et le comportement ouvertement menteur et roublard - les modifications massives de leurs fiches Wikipedia en provenance des ordinateurs de leur mairie par exemple - de ce couple d'élus, les habitants de Levallois aiment leur maire et sa femme.

       Ils l'aiment parce que comme un Tibéri,
il leur donne tout et encore plus : paquets cadeaux à Noël, colonies de vacances gratuites pour tous les enfants de Levallois, buffets réguliers à la mairie pour les habitants, et un arpentage inlassable de sa ville à la rencontre des habitants et de leurs petits tracas, souvent réglés d'ailleurs d'un coup de cuiller à pot une fois que le maire est au courant. Alors certes, l'endettement est de 30 000 € par tête de pipe - enfants compris - , mais ça, la grande majorité des Levalloisiens s'en tamponne car après tout, ils ne se sentent pas concernés directement...décidément, que la part latine de la France est forte !

       Revenons donc au péché mignon des Balkany, et à dernière turpitude en date : l'usage personnel et frauduleux des fonds
et droits publics - protégé par le mensonge public - , le plus souvent par l'utilisation d'employés et de batiments pour motifs personnels. Assurés de rester encore 6 ans en place, les deux époux ont en effet décidé de privatiser la mairie et une partie des employés municipaux pour le mariage de leur fille. Ce que le Canard Enchainé a relevé mercredi 9 avril, notamment de par le rapport de six pages destiné au personnel municipal, ainsi que grâce à l'arrêté municipal interdisant toute circulation ou stationnement non autorisé aux abords de la mairie pour le jour spécifique du mariage ! Petites captures du Canard :



       Isabelle Balkany, interrogée par le Canard, nie tout en bloc et proclame que le traiteur fera tout - donc aucun employé municipal - , et Patrick gueule en fond : "Et puis, dans son article, il peut ajouter que Le Canard Enchaîné, je l'emmerde" - on appréciera la douce poésie langagière de l'homme.

        La polémique prenant une certaine ampleur,
les Balkany se mettent à communiquer dans les grands médias ; et se chargent par exemple de faire savoir que "la mairie a toujours été ouverte pour les réceptions des habitants de Levallois, mais comme les journalistes sont de sales menteurs personne ne le dit"...sauf que si ce ne sont pas des journalistes qui demandent, visiblement un habitant lambda de Levallois ne s'est jamais vu louer la mairie pour faire sa soirée de mariage !

       De même, soi-disant l'interdiction de stationner et de circuler est classique en cas de mariage à Levallois...sauf que le motif ne l'est absolument pas, lui, surtout si l'interdiction est habituelle aux mariages, cf l'encart du Canard un peu plus haut.

       Ils ont également déclaré que les employés municipaux présents le seraient car ils étaient invités pour le mariage ! Un comble quand on sait quel usage ont l'habitude d'en faire les deux époux, surtout après la publication par le
Canard du rapport désignant très précisément les charges de chacun...ledit Canard de ce mercredi 16 avril 2008 raconte les évènements - récit introuvable ailleurs, vu que le reste de la presse française continue de recopier des dépèches AFP - , et il apparaît qu'un usage plus qu'abondant a été fait des deniers municipaux : le journaliste a bien vu les invités municipaux, bizarrement ils semblaient vouloir à tout prix faire le service, tandis qu'une petite dizaine de policiers municipaux avaient été mobilisés - en grand uniforme - pour réceptionner les invités et tenir à l'écart les curieux et journalistes du mariage, qui en est devenu illégal de par l'absence de son caractère public - surtout qu'aucun besoin impérieux ne commandait de le restreindre, à l'inverse de celui de notre Président.

       A ces turpitudes s'ajoute la complicité de l'UMP, notamment dans le 92, au vu des invités -
outre les peoples habituels - qui se sont bousculés à ce mariage à l'organisation pourtant totalement illégale : le mentor Pasqua, Roger Karoutchi, Dédé Santini et la tête pensante de Sarkozy depuis fort longtemps - revenu en grâce deuis le départ de Cécilia - , Pierre Charon. Le Président, étonnamment et en dépit de son immense amitié pour le couple, a préféré s'abstenir de venir malgré son invitation ! On se demande bien pourquoi...maudit Canard Enchaîné :-)

       Bref,
encore une belle affaire à ajouter à la - très - longue liste des turpitudes d'élus des Balkany, liste qui n'en doutons pas se sera encore allongée d'ici 2012 et les législatives. Espérons que les habitants de Levallois auront compris d'ici là - bizarrement, j'en doute - à quel point ce couple et ses conseillers sont néfastes et pour leur ville et pour la France !


PS : A voir,
cette vidéo tordante des Yes Men, ou Balkany croyant avoir affaire à un média américain explique, bonhomme, qu'il n'y a pas de pauvreté en France. Cela correspond parfaitement au personnage, qui n'est ni à une connerie ni à un mensonge près du moment qu'il estime ne pas être en danger de se faire choper en flagrant délit, ce qui arrive malgré tout suffisamment souvent - n'est pas Chirac qui veut - pour s'être fait une sacrée réputation !

PS2 : Pour ceux qui se demandent comment des élus peuvent ne se faire que si peu attraper par la justice, il suffit de réfléchir au temps qu'a mis l'
affaire des HLM de la Mairie de Paris pour être - partiellement - jugée pour comprendre à quel point la justice est dépendante dès qu'il s'agit de fouiller un peu du côté des politiques. Peu de juges vont contre ça - Halphen ancienne version, Joly qui a démissionné - , ce qui explique le peu d'enquêtes et de condamnations dans les affaires politiques.



Mise à jour, 30 juin 2009 : 

Dans un article de la semaine du journal Le Point, intitulé "Un rapport épingle la gestion de Patrick Balkany" , on peut lire : 
Hausse périlleuse de la dette, explosion des dépenses festives, "anomalies" dans le contrôle des frais: la chambre régionale des comptes (CRC) d'Ile-de-France a dressé un sévère bilan de la gestion de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), ville dirigée par l'UMP Patrick Balkany. Selon ce rapport de 46 pages, daté du 6 avril 2009 et que l'AFP a pu consulter, l'endettement, "resté stable jusqu'en 2003, s'est significativement alourdi à partir de 2004". L'encours de la dette est passé de 156 millions d'euros (M EUR) en 2000 à 236 M EUR en 2006, soit une hausse de 51 %. Mais la CRC note aussi que la ville a émis des billets de trésorerie pour plus de 200 M EUR, non intégrés dans le calcul de la dette, ce qui pose "un problème de sincérité du niveau d'endettement (...)".

La réponse d'Isabelle Balkany confirme effectivement ce qu'on en pensait il y a un an. Celle-ci pointe d'ailleurs comme naturel le clientélisme éhonté au détriment du long-terme pratiqué depuis toujours par une famille Balkany aimée d'habitants qui semblent ne pas se rendre compte de ce que peut représenter une telle explosion des comptes de la ville :"Mme Balkany, qui conteste point par point le rapport, estime en outre que la ville possède des "spécificités, injustement ignorées" par l'analyse de la CRC, comme "son dynamisme économique, sa qualité de vie et les services publics diversifiés proposés à la population (...)". "


 

Publié dans En France

Commenter cet article

spartacus 16/05/2008 19:14

il a bien raison de se faire ré élire......si ses concitoyens sont con ..ce n'est pas de sa faute