Le Canard Enchaîné désigne des abattoirs douteux...

Publié le par Moktarama

       ...mais ne les nomme pas explicitement ! En effet, dans l'édition de ce 9 avril, à la page 5 dans la rubrique Conflit de Canard au titre évocateur - Abus d'abattoirs - ; on parle d'un rapport du directeur général de l'alimentation du 21 novembre 2007 sur l'état de nos abattoirs, dont une vingtaine devrait être fermés si les préfets ne fermaient pas les yeux, et en désigne trois mais pas nommément, juste par leur ville. Voici l'article en question :



        En dehors du paragraphe alarmiste sur E.Coli, cet entrefilet parle de 3 abattoirs repérés sur la liste des abattoirs dont l'agrément devrait être immédiatement retirés, tous trois en Seine-et-Marne. Or dans les 3 villes citées, il n'existe à chaque fois qu'un unique abattoir. Je vous présente donc cette mini-enquête sur ces abattoirs, je me demande par ailleurs pourquoi les journaliste du Canard ne se sont pas chargé de cette tâche, et pourquoi ce sont ces trois abattoirs précis dont ils ont obtenu communication.



        Commencons par le début : en cherchant les abattoirs de Seine-et-Marne, on tombe facilement sur les abattoirs de Coulommiers et de Dammarie-les-Lys dans la liste de quinze répertoriés par les Pages Jaunes :


       En cherchant cette fois-ci directement dans l'ogre Google  pour Montereau-Fault-Yonne, on tombe sur le seul abattoir de la ville via le site de la Préfecture de Police et des sites traitant des religions, qui par ailleurs contiennent également, entre autres abattoirs de Seine-et-Marne, les deux abattoirs précédents :


 
      Je découvre ainsi que ces trois abattoirs dont les noms sont parvenus au Canard sont spécialisés dans la viande halal, tous répertoriés et homologués par la Préfecture de Police de Paris pour les abattages exceptionnels lors de lors de l'Aïd El Kebir, et également approuvés par la Grande Mosquée de Paris, ce qui n'est vraiment pas à leur honneur si le rapport dit vrai.

       Et là se pose une seconde question : on sait que le Canard Enchaîné tient une grande partie de ses informations par des sources internes, et donc pas forcément scrupuleuses dans leurs objectifs. Or on lui a "donné" ces trois noms ou lieux, qui comme de par hasard se trouvent être tous halal ! On peut donc jauger cette information spécifique avec circonspection et le journaliste a visiblement choisi de le faire, en portant l'accent sur le relachement généralisé et pas nouveau des pouvoirs publics plutôt que de crier l'hallali sur trois abattoirs sur vingt dont la sélection semble par ailleurs tout sauf aléatoire.

       Il est quelque peu dommage que le journaliste n'ait pas pris la peine de nous préciser cela. De plus, il a choisi une solution pas vraiment intéressante, mi-figue mi-raisin. En effet, si il ne désigne pas clairement les abattoirs pour que le vrai enjeu - l'inanité de l'action publique dans le domaine -
ne soit pas éclipsé, ou par peur d'être un peu manipulé sur ces noms en particulier, il permet tout de même de les identifier aisément, ce qui infirme les éventuels efforts faits. Un encart expliquant que trois noms leur avaient été donnés en Seine-et-Marne, mais que ces noms ne semblent pas représentatifs de la liste des abattoirs douteux eut été une décision tranchée. Ou de donner les abattoirs clairement, en mettant en cause directement également, par exemple, la Grande Mosquée de Paris ou surtout la Préfecture de Police de Paris qui ont donné leur agrément au mépris des mesures d'hygiènes censées être garanties par les pouvoirs publics. Un comble !

       Ne doutant pas de l'indépendance du Canard, je suppose que la place a manqué vu la taille de la chronique, et que le temps, lui aussi, a manqué pour en faire une vraie belle enquête comme quasiment seul ce journal sait les faire, parce qu'il faudra plus qu'un petit encart pour secouer les puces des services de l'Etat.

Publié dans En France

Commenter cet article