Du premier procédé photographique

Publié le par Moktarama

 
        Nicéphore Niepce est largement battu ! Lui qui détenait depuis si longtemps le privilège d'avoir été le premier à fixer sur papier une image - cliché de Saint-Loup de Varennes en 1826 - est distancé. Le dessin photogénique ci-dessus pourrait être antérieur à 1800, il a été redécouvert lors de la vente aux enchères par Sotheby's de la collection photographique de la société Quillan. On pensait jusqu'à présent que l'auteur en était William Henry Fox Talbot, créateur supposé du dessin photogénique, ancêtre du négatif obtenu par transparence en appliquant l'objet sur une plaque de révélateur - pas de chambre noire donc - , en l'occurence du nitrate d'argent.

       Lors de l'examen pour la vente aux enchères par un spécialiste de Talbot, on découvre un W en signature ; qui "disculpe" Talbot de la paternité au profit de trois expérimentateurs dans le domaine de la photographie, et ce bien avant Talbot et Niepce, sans qu'aucune preuve de leurs résultats soit jamais arrivée jusqu'à nous pour l'instant : James Watt ou
Thomas Wedgwood et Humphry Davy, qui connaissaient tous trois le possesseur originel de la photo, Henri Bright. Les deux premiers sont même morts plusieurs années avant que Niepce ne prenne sa photographie de 1826, et leurs expérimentations furent menées vers 1800. Ainsi, Wedgwood et Davy publièrent leurs premiers résultats en 1802, et j'aurais tendance à penser que ce sont les auteurs - notamment à cause de la propension de Watt à s'accaparer un certain nombre de découvertes de l'époque. Rendez-vous dans quelques mois pour les résultats des expertises de Sotheby's !

       Il est donc probable que cette pièce, après réexamen minutieux par un tas d'experts en la matière, et si elle se révélait comme attendue bien plus ancienne que la première photographie connue, alors les enchères pourraient exploser  chez Sotheby's tandis que le négatif avait déjà été valorisé entre cent et cent cinquante mille dollars lorsqu'on pensait son origine de Talbot .


PS : Je rends à César ce qui appartient à César, ce billet est inspiré de cet article du Monde.fr, qui par ailleurs pourrait avoir la décence envers ses lecteurs de proposer ledit dessin photogénique dont l'article parle en long, en large et en travers. C'en est presque cruel franchement...j'espère qu'un rédacteur aura l'idée de corriger cette omission, sinon les commentaires vont encore être moqueurs.


Mise à jour : Finalement, il apparaît que l'image ne soit uniquement à disposition des lecteurs du Monde version papier. Ca fera plaisir à ceux qui sont abonnés au Monde.fr de voir qu'on se dit à leur propos "Bah, c'est pas grave, ils chercheront sur Google en anglais" , autant pour l'accessibilité à l'information. Vraiment, la "vieille" presse française ne comprend rien au web, le site le plus en vue n'est même pas capable de comprendre que l'avenir de leur journal passe par lui et uniquement par lui. Pourtant, la modération impartiale effectués sur les commentaires montrait à mon avis la compréhension de cet usage et la valeur ajoutée pour pas un rond au contenu éditorial. Visiblement, ils zigzaguent toujours...

Publié dans Dans le monde

Commenter cet article